Tinh Vo Dao - Vo Co Truyen - Tai Chi - Centre Thiêu Lâm

Maître Hô Hoa Huê




Maître Hô Hoa Huê

Maître Hô Hoa Huê, gardienne de l’esprit martial et femme ambassadeur de la terre des arts martiaux de Binh Dinh

Les arts martiaux de Binh Dinh (ville du Centre Viet Nam) sont considérés comme le berceau des arts martiaux traditionnels du Viêtnam.
 
L’essence des arts martiaux traditionnels Vietnamiens est la combinaison de 5 éléments essentiels :
 
- La méditation : dans l’esprit chevaleresque avec le Võ Đạo
- La théorie : dans le raisonnement logique, le discernement avec le Võ Lý
- La pratique : dans l’assiduité au travail avec le Võ Học
- La médecine : dans l’art de guérir avec le Võ Y
- La loi martiale : dans l’esprit de la méthode avec le Võ Pháp
 
C’est tout cela, l’âme des arts martiaux vietnamiens.
Beaucoup savent que Maître Hô Hoa Huê, Maître Fondatrice du Tinh Vo Dao,fut la première Vietnamienne à créer ce pont de la culture des arts martiaux du Vietnam au travers de plus de 60 pays dans le monde , avec près de 80.000 élèves aujourd’hui .
Les pratiquants, du Viêtnam et d’ailleurs, lui ont conféré le titre « d’Ambassadrice des arts martiaux vietnamiens ».
 
« La Femme en or » a dit : « Mon souhait est que les arts martiaux traditionnels vietnamiens deviennent l’art martial national. »

Maître Hô Hoa Huê

Sa vie était destinée aux arts martiaux…

La route vers les arts martiaux traditionnels était tracée pour Maître Hô Hoa Huê. Elle naquit dans une région connue pour ses opéras traditionnels du Sud Viêtnam (région de Tiên Giang), au sein d’une famille pratiquant les arts martiaux traditionnels depuis des générations à Tan Giang – Son Tay (maintenant appelé An Khe Gia Lai).
 
Son père , résistant contre la France, mourut sous les premiers tirs dans le Sud en 1946 . Elle avait alors 2 ans. Puis avec son grand-père, elle retourna vivre dans son pays natal à Tay Son Binh Dinh, en attendant de chercher un maître.
 
Son grand-père Grand Maître Ho Van Cao, fut le premier à lui insuffler cet amour des arts martiaux qui coulait déjà dans ses veines. La légende raconte que Tay Son fut un atelier d’enseignement des arts martiaux pour les insurgés. Ceux qui y arrivaient devaient porter des drapeaux en guise de vêtements.
Elle pensait alors que la vie redeviendrait enfin normale. Mais la douleur et le malheur ressurgirent, lorsqu’à 10 ans elle perdit son grand-père .La petite Hô Hoa Huê sortit définitivement de l’enfance.
 
Quittant une terre de sable et de chaleur humide, pour les hauts plateaux du
 
 
 
Centre, elle eut la chance de trouver Maître Pham Dong, maître renommé des arts martiaux de Tay Son – Binh Dinh. Il l’adopta comme fille et disciple.
 
Elle se démarqua grâce à cette éducation héritée des arts martiaux depuis son enfance. Son intelligence et son endurance la firent remarquer des maîtres et des disciples les plus anciens qui lui dispensèrent un enseignement particulier intensif. Elle acquit ainsi rapidement la base des arts martiaux de Tay Son de sorte qu’à l’âge de 14 ans, elle partit pour Saigon. Elle y croisa les pires individus de la ville mais sa passion pour les arts martiaux la brûlait plus intensément que jamais
.
Elle devint la disciple de Ho Van Lanh surnommé Tu Thien, enseignant l’art martial Ba Tra – Tân Khanh. Ce maître renommé de Saigon lui donna son nom de
maître Ho. Elle poursuivit son apprentissage par la boxe Anglaise avec un boxeur philippin puis l’art martial Shaolin (Thieu Lam) – Wing Chun sous la direction d’un maître Chinois Lu Trong Nho.
 
Dans la même année, Maître Hô Hoa Huê fit son premier combat par un match d’ouverture. L’année suivante, elle accepte de combattre Maître Bich Lien, une célèbre femme boxeur des arts martiaux traditionnels. Maître Hô Hoa Huê remporte la compétition en moins d’une minute avec sa technique « An Long ». Les 2 femmes devinrent de bonnes amies par la suite.
 
Elle fit la promesse à son conjoint de ne plus combattre après le mariage.
 
 
Elle retourna dans son pays natal à Tien Giang pour ouvrir une école Martiale à Hoa Hung (autrefois bac de My Thuan). Mais son destin l’attachait à Saigon. Elle y retourna pour fonder l’école de Tinh Vo Dao. Elle avait alors plus de 40 ans.
Pour poursuivre son rêve de maintenir les arts martiaux traditionnels Vietnamiens, elle se déplace beaucoup, se fatigue mais connaît aussi le bonheur des rencontres avec de nombreux maîtres célèbres d’autres écoles.

Maître Hô Hoa Huê

Sa carrière de Maître

Aujourd’hui le Tinh Vo Dao est reconnu comme un art martial traditionnel. De nombreuses d’écoles d’arts martiaux souhaiteraient être reconnues comme telles.
 
Chaque jour, Maître Ho Hoa Hue enseigne rigoureusement les positions, les mouvements de protection.
 
Sa technique du dragon martial se décline en 10 leçons telles que Long Tuyen Kiem – Huynh Long Phien – Bach Long Dao – Song Long Trủy thủ,…
 
A propos de Long Tuyen Kiem qui comporte 60 mouvements tels que : piquer, trancher, rouler, lancer, voler, détourner, frapper, …; l’épée peut avancer ou reculer, être rigide ou souple …
 
 
Maitre Hô Hoa Huê Tinh Võ Đạo
La légende du roi Quang Trung raconte qu’il utilisait Long Tuyen Kiem pour conduire son armée. Il remportait ainsi les drapeaux ennemis dont les armées craignaient cette redoutable épée…
 
Par ailleurs, Maître Hô Hoa Huê a créé de nouvelles techniques pour la formation et qui mettent aussi en valeur la beauté des arts martiaux traditionnels, en tout il y a 30 leçons. Y sont utilisées les 18 armes traditionnelles mais aussi divers objets de la vie courante (éventail, parapluie …). Tous ces objets imprévisibles peuvent se transformer en armes puissantes.


Garder le feu des arts martiaux

Aujourd’hui, elle a atteint des étapes glorieuses de sa carrière martiale : championne technique des arts martiaux 4 années consécutives (1996-1997-1998 et 1999) ; commissaire exécutif de la fédération des arts martiaux traditionnels du Vietnam (Lien Doan Vo Thuat Vo Co Truyen Viet Nam*), membre de la recherche et du développement du Centre des arts martiaux du Vietnam pour l’UNESCO à Ho Chi Minh.
 
*Le Vo Co Truyen est un terme vietnamien qui désigne l’ensemble des écoles traditionnelles d’arts martiaux vietnamiens. L’école Tinh Vo Dao fait partie de cette fédération « Lien Doan Vo Thuat Vo Co Truyen ».
 
Mais la volonté de cette femme semble sans fin.
 
 
Maitre Hô Hoa Huê Tinh Võ Đạo
Son rêve est de développer les arts martiaux du Viêtnam à l’étranger, afin de confirmer auprès de ses amis internationaux que les arts martiaux traditionnels de sa ville natale de Binh Dinh, possède des qualités uniques jamais inégalées.
 
Pour cela, depuis plus de 10 ans Maître Hô Hoa Huê parcourt le monde en Europe (France – Hollande – Grande Bretagne – Allemagne – Belgique – Italie…), en Afrique, (Maroc,…), et en Amérique pour y répandre son art martial et pour s’enrichir de techniques développées par d’autres maîtres Vietnamiens.
 
 
Elle a également enseigné les techniques de Qi gong au Vatican et auprès de plusieurs hôpitaux.
 
C’est la première femme grand maître du Viêtnam à réussir à répandre son art à l’étranger.
 
Avec ces techniques et mouvements d’arts martiaux traditionnels de sa propre création, le Tinh Vo Dao a fait la fierté des Vietnamiens exilés et a attiré des chercheurs, des maîtres d’arts martiaux et des disciples de l’étranger.
 
Non seulement, les élèves à l’étranger pratiquent le Tinh Vo Dao dans leur pays, mais ils souhaitent tous prendre le chemin vers le dojo principal pour saluer Maître Hô Hoa Huê, au Viêtnam.
 
En 2011, Maitre Ho Hoa Hue a nommé David Basset (disciple Ho Phi Long) responsable France du Tinh Vo Dao Hô Hoa Huê .
 
Elle lui confie la charge de mettre en place un centre de formation du style Tinh Vo Dao, assurant ainsi le développement en France et en Europe de cette école.
 
L’avenir des arts martiaux vietnamiens, école Tinh Vo Dao
 
David Basset, accompagné de son épouse Lise Basset et de Maître Ho Tieu Phung (disciple directe de la Maître Fondatrice depuis l’âge de 5 ans), créent un centre de formation Tinh Vo Dao pour tous les élèves, pratiquants, professeurs et futurs enseignants désireux de compléter leur formation :
 
-       en Qi Gong (Les 8 pièces de brocart – BAT DOAN CAM) travail des techniques respiratoires, renforcement spécifique aux arts martiaux et leçons médicinales.
 
-       Méthode du mannequin de bois, self défense (Wing Chun)
 
-       Programme Vo Co Truyen
 
-       Apprentissage et/ou perfectionnement des 18 armes traditionnelles + éventail, fléau, parapluie, hache, double poignard, double sabre, double couteaux papillons, bâton court


OU DE REPRESENTER LE STYLE TINH VO DAO HO HOA HUE

La formation peut se faire sous forme de stage, cours particulier ou en formation continue au sein du Centre, mais aussi en séminaire au Vietnam (Ho Chi Minh Ville).
 
Le centre de formation possède différents centres d’entraînement avec des cours tous les jours – Possibilité hébergement sur place.
 
Pour chaque stagiaire, la fin de la formation est validée par la Maître Fondatrice de l’école Maître Ho Hoa Hue (délivrance du diplôme de l’école qui certifie les compétences acquises).
 
Au jour d’aujourd’hui, 400 pratiquants sont déjà en formation continue.
 
La formation bénéficie de supports pédagogiques, cahiers techniques et DVD.
 
DVD présenté par maître Ho Tieu Phung – Disciple directe de maître Ho Hoa Hué au Vietnam – 22 médailles d’or nationale au Vietnam
 





Annuaire - Clubs Sportifs en France - Sport