Tinh Vo Dao - Vo Co Truyen - Tai Chi - Centre Thiêu Lâm

Voyage Tinh Vo Dao - Vo Co Truyen - Vietnam 2014





Jeudi 7 août

 Réveil matinal dans le train couchette qui nous mène à Lao Cai, ville située à l’extrême nord du Vietnam, frontalière avec la chine.
 6h30, arrivée en gare avec une toute petite demi-heure de retard. Nous rejoignons le bus qui va nous conduire à Sa Pa, 1600m d’altitude. Nous mettrons une heure trente pour faire 35Km, au passage du col, le bus atteint difficilement les 20Km : heure, il nous faut couper la clim et ouvrir la porte et le semblant de fenêtres pour ne pas tomber en panne … Heureusement, la vue est époustouflante. Le paysage montagnard, extrêmement verdoyant comme toujours au Vietnam est ponctué de cascades, de rivières, de bananiers, de résineux et surtout de ces rizières en espalier toutes en nuances de verts, image caractéristique du pays qui structure le paysage avec une beauté et une poésie propices à faire naître d’intenses émotions contemplatives.
 
     Sa Pa, poste frontière érigé en 1922  par les français deviendra vite un lieu de villégiature prisé des riches vietnamiens et des maîtres coloniaux pour son climat et son merveilleux environnement. C’est pour nous l’occasion d’aller à la rencontrez des M’Hong Noirs, ainsi nommés en lien à leurs costumes traditionnels tissés à la main et teintés avec une plante locale nommée « Indigo » qui donne cette teinte bleue-noire caractéristique de leurs costumes des guêtres aux chapeaux. Cette ethnie réside essentiellement dans cette région. Sa population représente environ 700 000 individus vivants encore selon leur mode traditionnel, en dehors de Sa Pa dans leurs villages.
      Dès notre descente du bus, une quinzaine de femmes M’Hong toutes vêtues de leur costumes traditionnels nous entourent avec la ferme intention de nous vendre l’une des pièces tissée et brodée à la main issue de leur production.
 
Après un copieux petit déjeuner ( il était temps, ça fait plus de deux heures qu’on est réveillée !!! ), une grande balade à pieds et un déjeuner pris tous ensemble, nous nous rendons à Cat-Cat, l’un des nombreux village M’Hong des alentours de Sa Pa. Les habitants y vivent essentiellement de la culture ( riz, maïs, légumes ) ainsi que d’élevage domestique.les enfants (comme dans le reste du Vietnam ) sont scolarisé gratuitement et au sein des villages jusqu’à 12 ans, ils apprennent entre eux l’anglais. L’habitat est resté traditionnel, construit de bois et en terrasse dans le but d’être adapté à l’environnement naturel à très fort  dénivelé.
De retour à Sa Pa, après environ deux heures de quartier libre, nous dinons tous ensemble et regagnons vite l’hôtel : la nuit passée à bord du train, pour beaucoup d’entre nous bien que très pittoresque, a été peu reposante.

Vendredi 8 août

La séance de Taï-Chi aura été pour moi ce matin particulièrement agréable : la fraicheur et la pureté de l’air montagnard, une légère brise caressant la peau, le calme de cette petite ville d’altitude et la grande place dégagée et ombragée sur laquelle nous pratiquons participent à rendre ce moment unique, même au sein de ce merveilleux voyage qui donne à chacun des moments que nous vivons un goût rare, intense, riche et particulier. 

Petit déjeuner, valises et en route pour un autre village M’Hong. Dès notre arrivée, notre minibus est littéralement assaillit par une vingtaine de femmes dont l’intention ferme est de nous vendre au moins une pièce de leur artisanat. Hurlant entre elles autour du bus, elles choisissent le ou laquelle d’entre nous sera sa cible. Nous hésitons tous à descendre. Leur artisanat est superbe et nous sommes tous conscients de l’apport substantiel que nos achats peuvent représenter pour elles, mais être ainsi envisagés comme des portes monnaie ambulant nous gêne et nous dérange …
Courage, nous descendons. Leur méthode de vente est bien huilée : « Bonjour Madame, copain copine, comment tu t’appelles ? Tu m’achètes quelque chose ! … », mais tant individuellement que collectivement, nous résistons poliment mais fermement à ce que nous ressentons comme une agression. Nous entamons la descente vers le village, toujours entourés de notre nuée de vendeuses déterminées.

Le paysage est extraordinairement beau, unique et envoutant.
Mètres après mètres, photos après photos, nous perdons peu à peu notre essaim qui se décourage. Pas après pas, nos regard se ré-ouvrent et nous profitons de l’extraordinaire paysage qui s’offre à nous. Ici, s’entrecroisent des impressions de paysages alpins côtoyant l’exotisme vietnamien, la pureté des lieux nous subjugue. On ne peut qu’être abasourdi par cette richesse visuelle, ces nuances de verts, de matières, de profondeur et de hauteur.
 
Nous cheminons maintenant sereinement et tranquillement à travers ce site exceptionnel pour arriver vers midi au bout du village ou nous partageons un pique-nique sur une terrasse ombragée.
De retour au minibus, nous avons le sentiment d’avoir déjà traversé plus d’une journée, pourtant, une nouvelle aventure nous attends : plus de trois heures trente de trajet dans un bus dont la clim peine à se faire sentir, il doit faire 40 degrés dehors, et en côte, nous atteignons difficilement les 12Km/heure …  avec deux cols à franchir, 1600 mètres à descendre et 700 à remonter, ces menus détails peuvent de loin paraître tout à fait triviaux, mais revêtent ici un caractère apte à transformer un trajet selon l’humeur et la fatigue de chacun en une expérience hilarante ou quelque peu déconcertante.
Nous rejoignons enfin, fatigués et « pégueux » en fin d’après midi la ville de Bac Ha, 700 mètres d’altitude. Il est 16H30. A 18H, ceux qui le souhaitent pourront pratiquer les Arts Martiaux, les autres ont quartier libre jusqu’au diner. Nous espérons que le marché de Can Cau auquel nous
devons nous rendre demain matin vaut vraiment le détour.

Samedi 9 août

Réveil matinal, départ à 7h30, trente Km et une de bus pour rejoindre le marché de Can Cau. La route est difficile, toujours en lien à l’état de notre bus qui nous semble se dégrader un peu plus à chaque virage.
À 8h30, nous sommes sur place, une fois de plus subjugués par l’insolent beauté du site naturel. Ce marché traditionnel ( il s’adresse plus à la population qu’aux touristes), nous charme.
 
Nous y découvrons une autre ethnie M’Hong : les H’Mongs fleurs, qui tirent eux aussi leur noms de la multitude de couleurs inscrites sur leurs tenues, surtout celles des femmes. A peine une heure plus tard, nous rembarquons pour redescendre toujours dans le même bus que nous commençons à maudire jusqu’à Lao Cai. Les jeunes à l’arrière sont de plus en plus blancs … Pas d’amortisseurs, installés sur les roues, les moindres secouassent de la route se transforment en un défi pour l’estomac. Heureusement, en décente, notre vitesse s’améliore et la clim fonctionne mieux.
Largement passé midi, nous atteignons notre destination. Pause déjeuner, les jeunes se requinquent, et nous aussi.
Vite, en route pour Hanoi, 350 Km à parcourir, on nous annonce 5 heures de trajet. Il nous faut rejoindre la capitale dans laquelle demain déjà la plupart d’entre nous prendrons l’avion qui nous ramènera en France et marquera la fin de ce séjour riche en découvertes, en rencontres et en émotions en tous genres.
 


Heureusement, changement de bus, celui est flambant neuf, vaste, confortable à l’extrême et la clim fonctionne … Que du bonheur ! On attaque le trajet sur une autoroute elle aussi flambant neuve à travers un paysage dont la beauté et l’exotisme une fois de plus nous laisse sans voix. Après 80 Km de contemplation silencieuse, nous retrouvons les routes locales en voie de construction sur lesquelles nous avons effectués la majorité de nos déplacements, circulation locale comprise. Notre chauffeur est un as, et nous rejoignons sans encombre avec malgré tout de belles secousses aux alentours de 20h.
 
Diner rapide, aux revoir  à Van, notre guide Vietnamienne tout au long de ce périple qui nous aura permis de traverser le Vietnam du nord au sud. Une ébauche non exhaustive de ce pays vaste et si contrasté, incroyablement moderne mais si habité de ses traditions qui aura laisser sur chacun d’entre nous une empreinte qui nous fera longtemps rêver.

Dimanche 10 août

Nous quittons l’hôtel à 7h30, pour nous rendre à pieds au bord du lac de l’Épée Restituée, ou nous pratiquons notre ultime séance de Taï Chi pour les uns, d’Arts martiaux pour les autres.
 
Quartier libre ensuite, la plupart d’entre nous en profitent pour parcourir un peu de cette immense citée qui reflètent les milles et un contrastes de cette terre exotique. A pieds, en pousse-pousse, nous flânons à travers la ville avant de nous retrouver tous à 18h pour un ultime pot tous ensembles  avant de rejoindre l’aéroport …
Le séjour se termine.
Il aura été pour moi comme pour beaucoup d’entre nous je crois riche de rencontres magnifiques et émouvantes, avec cette terre étrangère, ses habitants, son art martial, ses paysages et entre nous aussi, des liens d’amitié simples et sincères se sont tissés au fil des jours et des expériences et ne demandent qu’à être développés. A tous merci et à bientôt.

Ecrit par Klaire, ceinture Jaune et professeur de l'école Tinh Vo Dao Vietnam

Album photo Vietnam





mode-de-paiement-thieulam



Annuaire - Clubs Sportifs en France - Sport